.

.

 

Jus qu'en 1938, il était convenu que le Coelacanthe, un poisson Sarcopterygian qui existait depuis 400,000,000 d' années, s' éteint il y a environ 60,000,000 d' années. Les poissons lui ressemblant le plus, le Macropoma (fossiles trouvés en Angleterre) et le Megalocoelacanthus (Alabama et Georgie aux États Unis) s' étaient, quant à eux, éteints il y a 75,000,000 d' années.

En décembre 1938, l' incroyable s' est produit. Le Capitaine Hendrick Goosen a trouvé dans son filet un poisson bizarre qui, une fois identifie par le Prof. J.L.B.Smith, était reconnu comme étant un Coelacanthe

Depuis ce temps, quelques spécimens ont été trouves aux Comores, à Tulear à Madagascar et à Pebane au Mozambique. En 1998, un Coelacanthe très similaire - le Latimeria mandoensis - était identifie à l' Île de Manado Tua, Sulawesi en Indonésie. Mais tous ces spécimens venaient d' une profondeur supérieure a 200 mètres.

Au mois de juin 1998, trois copains Pieter Venter, Peter Timm et Etienne le Roux étaient en train de faire une plongée technique dans la Réserve sous-marine de Ste Lucie au Pays des Zoulous, en Afrique du Sud. À une profondeur de 104 mètres, ces trois amis ont vu quelque chose de complètement imprévu- trois Coelacanthes vivants, nageant juste devant leurs masques et malheureusement personne n' avait d' appareil photo, ni caméra sous-marine !!

Le lundi 27 novembre 1998,Pieter Venter. est revenu sur le même site avec Gilbert Gunn, Dennis Harding et photographe spécialise, Christo Serfontein. Ils avaient fait une plongée de 134 minutes, soit 15 minutes a 115 mètres ou Christo a pris des photos de trois Coelacanthes. A ce moment-la, catastrophe ! Christo est tombe inconscient et Dennis Harding a agrippé son copain Christo et a fait une remontée non contrôlée pour essayer de le sauver. Transféré immédiatement au centre de décompression à Richards Bay, Christo a complètement récupéré mais Dennis, en sauvant son ami, a été victime d' une embolie cérébrale en arrivant à la surface, ce qui a provoque sa mort immédiate.

Avoir trouve des Coelacanthes à une profondeur accessible aux plongeurs a donné la possibilité d' étudier ces poissons préhistoriques pour la première fois. Pieter Venter est en train de négocier un programme de recherche pour les plongeurs amateurs qualifies à la plongée technique avec le Département Gouvernemental; l' évolution de ce dossier peut être suivie sur son site

Latimeria chalumnae

Les Coelacanthes, ancêtres les plus primitifs de tous les quadrupèdes terrestres, avaient des dispositions très particulières. Ils avaient une capacité unique de tourner leurs ailerons pectoraux et pelviens. Ces ailerons avaient la structure de celle des animaux terrestres (Bipède et quadrupède) ce mouvement de rotation leurs permettait de ramper hors le marais. Au cours des millénaires, ces ailerons se sont allonges, ce qui a permis aux descendants des Coelacanthes de sortir complètement des marais pour se transformer en animal terrestre.

D' un autre côté, ils sont poissons osseux mais avec plusieurs caractéristiques des poissons cartilagineux- comme les requins et raies.

Une glande sous le cartilage nasal, plein de nerfs sensoriels, permet aux Coelacanthes de détecter les champs électromagnétiques tout à fait correspondant aux ampullae de Lorenzini des requins.

Il possède une glande pituitaire exactement comme un requin.

Il a une conservation des niveaux élevés de l' urée et des autres pertes métabolique avec une glande rectale pour l' excrétion du sel permettant l' osmoregulation comme les requins.

Il possède également un organe rempli de liquide basse densité qui diminue la densité totale du Coelacanthe de la même façon que la foie du requin.

Une période de gestation avec nidation ovovivipare et le développement d' un pseudo placenta exactement comme les requins carcharodon.

C' est vraiement un fossile vivant !..

Copyright © All Rights Reserved 2004 - 2017 info@afriquedecouverte.com